Alibaba à Liège,
une bonne nouvelle ?

Quelles seraient les conséquences de l’arrivée d’Alibaba à Liège Airport ?

Qui est Alibaba ?

En savoir plus sur
le plus important site d’e-commerce
au monde et son arrivée à Liège

Environnement

Augmentation des émissions de CO2
Artificialisation et bétonnage des terres
Pollution de l’air et des sols
Surconsommation et déchets

Emploi & société

Emplois: nombre & qualité
Risque d’automatisation
Vente en ligne et économie locale
Commerce en ligne et fraude fiscale

Mobilité

De la saturation à la paralysie ?
Données disponibles
Nouvelle liaison autoroutière

Santé

Pollution de l’air
Nuisances sonores

Géopolitique

Stratégie économique mondiale
« Soft power » chinois

En bref...

English here – Nederlands hier – Deutsch hier 

Nous refusons l’arrivée d’Alibaba à Liege Airport et toute extension de l’aéroport, notamment pour les raisons suivantes.

Environnement et climat

  • L’agrandissement de l’aéroport est incompatible avec la lutte contre le changement climatique. L’arrivée d’Alibaba engendrerait une augmentation importante du trafic routier et aérien et donc une augmentation des gaz à effet de serre. Cela va à l’encontre de l’accord de Paris sur le climat, auquel la Belgique a souscrit, et ruine tous les efforts pour limiter l’augmentation de la température moyenne à 1,5°C. Cela s’oppose d’autant plus aux objectifs climatiques plus ambitieux du gouvernement wallon.
  • D’immenses surfaces seraient bétonnées afin d’y installer les infrastructures d’Alibaba. Cet agrandissement monstre se ferait au détriment de terres arables comptant parmi les meilleures terres de Wallonie, mettant ainsi en danger notre autonomie alimentaire.

Saturation du trafic local

  • 1500 camions supplémentaires transiteraient chaque jour sur le réseau routier liégeois. Ce flux supplémentaire n’est pas pris en compte dans les plans de mobilité qui, pourtant, nous annonce déjà une sursaturation du réseau routier. Cela conduirait à des embouteillages plus fréquents et plus importants.

Santé

  • Le trafic routier induit par les activités de l’aéroport renforcerait une pollution automobile déjà importante en région liégeoise. Il est une des principales sources d’émission de polluants tels que le dioxyde d’azote. Le rapport 2019 de l’agence européenne pour l’environnement (EEA) fait état de 1600 décès en Belgique en 2016 associés au dioxyde d’azote.
  • Les avions émettent, près du sol, de nombreux polluants dont du monoxyde d’azote et des particules ultra-fines. Les scientifiques nous alertent sur le danger que représente cette pollution, à même de pénétrer en profondeur dans le corps.
  • Les bruits engendrés par les vols de nuit d’avions cargo gros porteurs nuisent à la santé des citoyen·ne·s au-delà des communes voisines de l’aéroport. La qualité du sommeil et le stress sont directement impactés avec de potentiels risques d’hypertension et de problèmes cardiovasculaires.

Économie et emploi

  • Les retombées sur l’emploi sont très incertaines, en l’absence d’une étude d’impact. Les emplois créés seraient de très mauvaise qualité (de nuit, précaire, hyper-contrôlé, etc.) et détruiraient d’autres emplois, dans d’autres secteurs économiques. De surcroît, une grande partie des emplois dans le secteur logistique est susceptible d’être robotisée à moyen terme
  • L’e-commerce, en particulier, est néfaste pour l’économie régionale, car il met les producteur·trice·s et les commerçant·e·s locaux en concurrence directe avec des produits venus de loin, moins chers, parfois contrefaits, souvent de moins bonne qualité et fabriqués dans des conditions discutables. Pour chaque emploi créé dans l’e-commerce, deux ou trois sont détruits dans le commerce traditionnel.
  • L’e-commerce est néfaste pour les budgets publics car il facilite la fraude à la TVA et l’évasion fiscale.
  • Nous dénonçons le coût qui serait supporté par la collectivité (nouvelles routes, soins de santé, etc.) au profit d’une entreprise privée qui créerait peu de valeur localement.

De façon générale, nous refusons le modèle économique d’Alibaba (low cost, énergivore, en circuit long, etc.) qui est aux antipodes des enjeux sociaux, environnementaux et économiques.

Nous dénonçons par ailleurs ce projet imposé sans information préalable des citoyen·ne·s et sans aucune étude d’incidence indépendante, globale et consultable.

Retour en haut