Watching Alibaba

Alibaba à Liège, une bonne nouvelle ? Vraiment ?

Accueil > Chiffres > Mobilité

Mobilité

jeudi 3 octobre 2019

Dans une interview sur Vedia, Luc Partoune, CEO de Liège-Airport, répète l’ambition de Liège-Airport de devenir le premier aéroport de fret Européen (Vedia, 24/09/2019). Cela implique une croissance majeure de l’aéroport et de la quantité de matériaux transportés par voie aérienne par an. Le cap des 920 000 tonnes est déjà atteint pour 2019, et l’objectif des 2 000 000 de tonnes par an sera bien vite atteint.
Quel en sera l’impact sur la mobilité ?

Les données disponibles

Pour rencontrer cet objectif de croissance de l’aéroport, deux vecteurs interviennent.

Le rail

  • 3 trains marchandises de 600 m par semaine entre la Chine et Bierset (propos de Bernard Piette, directeur de Logistics in Wallonia, magazine Priviliège n°58, juin 2019)
  • Construction d’une 2ème gare pour Liège Airport (gare TGV marchandises).

L’aérien

  • Augmentation du nombre de vols (passer de 53 vols/jour à 97 ou 127 vols suivant le gabarit des avions).
  • Construction de nouveaux parkings pour avions.

L’acheminement de ces marchandises va avoir un impact énorme sur la mobilité autour de l’aéroport, sur un réseau (auto)routier qui est déjà complètement saturé (voir Figure 60, page 66 du Plan Urbain de Mobilité).

Concrètement :

Tableau : Évolution de la vitesse réelle moyenne sur le réseau routier belge (voir tableau 35, page 65) – NOTE : données ne tenant pas compte de l’arrivée de 1500 camions supplémentaires.
Évolution de la vitesse réelle moyenne sur le réseau routier belge

  • Le PUM souligne que la sursaturation amènera à "freiner le potentiel de développement économique, augmenter davantage encore la pollution sonore et atmosphérique, encourager le transit cherchant à bipasser les axes stratégiques par des voiries et des quartiers inadaptés" (Plan Urbain de Mobilité, page 66)
  • Projet de construction d’une liaison (auto)routière entre la E40 et E42 via Bierset : 27 millions d’€ à charge de la Région Wallonne (sudinfo.be, 22/11/2018). Plusieurs options sont possibles suivant les réserves reprises au plan de secteur de la Région Wallonne. Quel tracé ? Quel impact ?

Les questions que cela soulève

Route

  • Les axes autoroutiers Loncin/Cheratte et Loncin/Cointe arrivent à saturation. Comment y ajouter 1500 camions supplémentaires par jour sans immobiliser le trafic ? Cela aura des conséquences négatives au niveau économique (plus de temps perdu dans les embouteillages, routes plus vite endommagées), environnemental (plus de pollution, destruction de terres agricoles) ainsi que sur le plan de la santé.
  • Crainte que des projets tels que la liaison CHB ou la construction d’un périphérique liégeois s’invitent à l’agenda. Or le développement d’axes périurbains entraine rapidement de nouveaux problèmes de mobilité (exemple de Londres, Caroline Minon 2015).

Rail

  • Qui supportera la charge financière de la construction d’une deuxième gare ainsi que les voies de raccordement et les infrastructures nécessaires ?

Aérien

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.